Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 05:33
Comparaison Evolution Population / Budgets Fonctionnement et Investissement
 
 
Ce lien vous amène au résultat d'une étude effectuée depuis 1975 montrant la comparaison entre l'évolution des BUDGETS de Fonctionnement et d'Investissement et l'évolution de la population.
COMMENTAIRES
 
POPULATION
NOTA : La courbe de la population (En vert) est considérée telle qu'il ressort des chiffres des comptes administratifs.
Elle ne prend pas systématiquement en compte l'évolution réelle constatable sur le terrain.
Ce qui explique certains paliers entre chaque réajustement effectué à la suite de recensements par exemple.
En conséquence, le trait droit (En noir) matérialise une moyenne dans l'évolution.
 
Dans l'ensemble, elle matérialise une démographie évoluant de manière grave.
Le dossier du POS de 2005 le signale ouvertement.
La courbe évolue en trois phases :
Ê       De 1975 à 1983 : la population connaît un premier essor (+100%)
Ê       De 1983 à 1995 : elle subit une évolution mais largement contenue toutefois (+ 12%)
Ê       De 1995 à nos jours : elle subit une ascension encore plus prononcée que dans sa première phase.
Il est prévu, pour les 10 ans à venir, 2231 Habitants supplémentaires.
 
 
BUDGETS

A / FONCTIONNEMENT
1ère phase :
De 1975 à 1989 : la courbe suit une progression logique.
La population augmente, le budget augmente dans les mêmes proportions, sans gros écarts, par rapport à la courbe de la population.
 
2è Phase :
De 1989 à 1995 : sensiblement la courbe commence à progresser.
Sans être vraiment inquiétante sur le plan de la logique de la première phase, elle progresse toutefois plus que celle de la population,.
Le ralentissement de l'augmentation de la population n'a pas à l'époque été perçu par l'équipe en place qui a géré la commune.
Il est toutefois à noter, pendant cette période, que le budget investissement tendait, lui, à diminuer ce qui donnait au budget fonctionnement de la commune une importance inquiétante en regard d'une population qui venait de s'implanter et continuait à le faire invariablement.
 
3è Phase :
De 1995 à 2001 : la courbe montre un accroissement.
Certes l'augmentation de la population se perçoit, mais le budget de fonctionnement prend une allure plus qu'inquiétante.
Dans le même temps, les investissements, exceptés aux moments des échéances électorales, ne suivent pas la même logique.
Ils stagnent ce qui tend donc à penser que nous pouvons percevoir une tendance à la dépense non maîtrisée.
 
Certes la population subit à cette période un accroissement plus prononcé suite à la construction de nombreux lotissements.
Si on considère que la Dotation Générale de Fonctionnement (DGF) reste, à proportion, égale, la conclusion s'avère être que :
l'augmentation des taux communaux d'imposition (*)aurait servi à financer des maladresses de gestion.
 
 
4è Phase :
De 2001 à 2007 : l'accroissement continue.
Aujourd'hui, la courbe du budget de fonctionnement a rejoint celle de la population.
Il en coûte 1000 € par habitant et par an de gérer la commune (Moy. Nationale : 750 €).
 
 
En outre, l'analyse du budget primitif 2007 fait ressortir que les frais de personnel se montent à un peu plus de 2 M€.
Compte tenu de l'embauche de 7 personnes supplémentaires affectées au nouveau groupe scolaire, ce budget sera porté environ à 2,23 M€ soit environ 500 € par Habitant et par An (Moy. Nationale : 360 €).
 
 
EN CONCLUSION :
Les dépenses budgétaires afférentes au fonctionnement de la commune sont énormes comparées à la réalité et au besoin du terrain.
Elles ont progressé sans aucune raison apparente depuis 20 ans.
Cette progression a été permise grâce à l'augmentation des impôts communaux que subit la population depuis cette date et n'est donc que le seul fait d'une gestion interne non maîtrisée tout au long de chacun des mandats, quels que soient ceux qui ont été aux commandes.
 
 
 
 
B / INVESTISSEMENT
 
1ère Phase :
De 1975 à 1983 : en proportion de la population et du budget de fonctionnement, le budget d'investissement est correct.
Il est d'ailleurs à remarquer que les grandes réalisations se sont faites à cette époque :
  1. Le Château d'eau alimenté par 2 forages
  2. La station d'épuration d'une capacité de 4000 à 5000 Habitants
  3. Le réseau d'assainissement
  4. Les écoles primaires
  5. L'école maternelle
  6. Quatre logements d'instituteurs
  7. Cinq lotissements communaux (Les Bruyères, le Garde, Haureuils, le Sableret, le Bosquet de Lucandreau)
  8. Les logements sociaux du Champ Neuf
  9. Deux terrains de football
  10. Deux courts de tennis et fronton
  11. La galerie commerciale
  12. Le pavillon du Val de l'Eyre
  13. Le foyer Paul Daney pour les personnes âgées
  14. L'agrandissement du cimetière
 On peut dire que Le BARP s'est construit à cette époque.
 
2è Phase :
De 1983 à 2001 : les dépenses d'investissement restent étonnamment basses.
En effet, c'est la période où la population était en place.
Aucun investissement sérieux n'est venu encourager l'activité communale.
Le gymnase de la plaine des sports ne verra le jour que tardivement (1990), ce qui justifie la montée de la courbe à cette période 1988-1990.
Ensuite, elle reviendra à sa routine d'avant 1983 jusqu'en 1995-1996, années de construction de la salle polyvalente (Le bateau Lyre).
La salle des fêtes, située au centre bourg près de l'Eglise, disparaîtra à son bénéfice d'ailleurs, à des coûts de location non négligeables :
Voir en cela :
- Tarifs de la Salle Polyvalente applicables aux administrés barpais
- Tarifs de la Salle Polyvalente applicables aux associations barpaises
- Tarifs de la Salle Polyvalente applicables aux non-résidents barpais
 
Juste après cette réalisation, la courbe, encore une fois, baisse dangereusement pour une population qui avait progressé du fait de la réalisation de lotissements et dépassait alors les 3000 Habitants.
Le "chalet" aujourd'hui devenu "Médiathèque" aura englouti certaines sommes pour ses éternelles réfections et réparations.
Il avait le mérite d'accueillir des associations, par exemple l'école de danse (Qui déménagera maintes et maintes fois), l'école de musique, et donnait la possibilité de réunion par l'octroi de salles.
 
Il est à rappeler que les réalisations prévues au POS, voté en 1995 sans aucune objection du Conseil Municipal, n'auront eu les faveurs d'aucun budget d'investissement.
Voir en cela :
 
 
Ce ne sera qu'au moment des élections de 2001 qu'un regain s'entrapercevra.
 
 
3è Phase :
De 2001 à 2007 : l'investissement, enfin, prend son envol.
Seulement, sur le terrain, aucune réalisation tangible n'est à remarquer.
Aucune infrastructure ne vient justifier ces dépenses.
 
 
EN CONCLUSION :
Un budget d'investissement très en retard par rapport aux besoins de la population.
Très en retard sur le plan du volume, mais également sur le plan de la date d'octroi des crédits.
Il n'a donc pas permis de répondre à l'attente de la population, mais surtout il ne correspond pas à son temps.


A SUIVRE ......



Notre PROGRAMME :

http://bon-sens-et-democratie.over-blog.com/pages/Le_PROGRAMME-280018.html

Partager cet article

Repost 0
Published by BON SENS et DÉMOCRATIE - dans FINANCES-FISCALITE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : BON SENS et DÉMOCRATIE
  • BON SENS et DÉMOCRATIE
  • : ********************* Tout se fait : Dire et contredire, écrire et effacer, construire et détruire. La pensée est personnelle et éternelle. ********************************** Jean-Claude LALOUBÈRE - Le BARP **********************************
  • Contact

Recherche Articles

Partenaires

Paperblog            

Zone EBC déclassée

Visiteurs en ligne

Compteur de visiteurs en temps réel